Rentrée d'hiver 2013

Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

41A62YhwCzL._SX309_BO1,204,203,200_Antoine est trentenaire et célibataire depuis peu car Karima l’a quitté. Il n’a jamais été très fort pour les études. D’ailleurs il n’a pas tenu longtemps à la fac et a fini par rejoindre l’usine où a travaillé son père. Personne n’a vraiment compris, « Lusine » ce n’est pas un choix. Pourtant ce choix, Antoine l’a fait. Et puis les investisseurs parlent de délocaliser, misent sur le Brésil, peut-être à Monlevade, cette ville sans charme. L’usine française va fermée comme tant d’autres avant elle et comme beaucoup d’autres à l’avenir. Que faire alors ? Antoine est perdu, les emmerdes s’accumulent. Quelques questions le turlupinent : pourquoi là-bas ? Comment peuvent-ils mettre autant de gens au chômage sans scrupule ? Qui sont ces brésiliens qui leur volent leur travail ? Alors il s’envole, accompagné de Marcel, il veut voir, découvrir par lui-même qui sont ces gens.

Une super cliente m’a recommandée et prêtée ce roman, malheureusement je suis complètement passée à côté. Je suis toujours déçu de ne pas aimer ce que l’on me conseille, mais c’est comme ça, il en faut pour tout le monde 😉

Je ne m’attendais pas à un tableau macabre de l’industrie française et mondiale. Je ne voulais pas lire ça, ce constat de notre société à problèmes, les gens qui souffrent, la délocalisation qui est un fléau planétaire et le chômage qui fait rage. Quel tableau déprimant ! Ce roman est déprimant et trop réaliste pour moi, j’avais l’impression de lire le journal… Antoine est au fond du trou, tout lui tombe dessus et j’ai souvent eu envie de le secouer. Heureusement tout change sur les cinquante dernières pages, celles qui sont les seules que je retienne.

J’ai cependant beaucoup aimé le personnage de Marcel, il bouscule, titille, gêne avec ses questions. Il fait avancer, il est réaliste et lucide mais aussi profondément positif. Le style de l’auteur m’a aussi plu, c’est incisif, rapide et cadencé, un peu comme un tango ! Tant pis pour cette fois, je passe au suivant…

Babel, janvier 2013, 8€.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s