Rentrée d'hiver 2016

Elle regarde passer les gens de Anne-James Chaton

Douze chapitres, treize destins de femmes marquant le 20ème siècle. Chaque chapitre, une époque différente de l’Histoire (les deux guerres mondiales, les 30 glorieuses, la chute du mur de Berlin…) est rattaché à une femme. Certaines très encrées dans l’imaginaire collectif sont facilement reconnaissables, d’autres un peu moins.Afficher l'image d'origine

Compliqué de parler de cet ouvrage. Il faut se mettre dedans, le lire à petite dose, déconseillé le soir avant de dormir, en somme être bien concentré ! Il n’y a pas vraiment d’histoire, et je n’ai pas reconnu toutes les femmes, mais ce n’était pas le plus important pour moi. Je n’ai même pas essayé de chercher qui étaient celles que je ne connaissais pas. Pour moi c’est avant tout une performance de style ! 

Donc tout le livre est écrit de la même façon, chaque phrase commence par « elle », constituée d’un sujet, verbe, complément. Les phrases courent vite sur le papier. Les répétitions sont essentielles tout comme la simplicité et la clarté des phrases, pas de chichi ! L’auteur et le lecteur n’ont pas le temps d’en faire ! 

Certains personnages ont l’impression d’être traqués, j’ai eu cette même impression avec les phrases très courtes qui s’enchaînent très rapidement. Le temps manque, pas de retour à la ligne ou de changement de paragraphe, l’état d’urgence est permanent. Comme si on devait changer de lieu à chaque fois que l’on prenait ce livre en main car quelqu’un nous surveille en train de le lire. 

Sur certain passage, j’ai aimé l’effet poupée russe. Une phrase décrit un fait, la suivante le détaille un peu plus, la suivante détaille un peu plus la précédente etc… Tant que le fait ou la chose principale est de genre féminin, aucun soucis pour être observé à la loupe. Et subitement retour au personnage principale et là on est perdu car on ne sait plus qui est ce « Elle » !!

Pour moi ce livre, c’est une performance, du jamais vu, un titre qui bouscule. Comme une pièce de théâtre ou un spectacle expérimental. On essaie d’apprécier le temps que ça dur et quand c’est fini on se dit « je suis contente d’avoir tenté l’expérience » !!

Je remercie Babelio et les éditions Verticales pour m’avoir encore fait découvrir un bel ouvrage 🙂

Verticales, décembre 2015, 21€.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s