Rentrée d'hiver 2014

Les Jacarandas de Téhéran de Sahar Delijani

51Z0ZxEkM1L._SY344_BO1,204,203,200_En 1983, Neda, née dans une prison de Téhéran, est arrachée à sa mère quelques mois plus tard. Omid, à trois ans, est le témoin de l’arrestation de ses parents. Recueilli par sa tante et sa grand-mère, il vit avec sa sœur et sa cousine, dont les parents sont aussi en prison. Leur destin est similaire, des parents prisonniers politiques, élevés par des proches, comme beaucoup d’autres enfants de cette génération qui paye les pots cassés d’une révolution contesté qui a mené à la terreur. Vingt ans plus tard, qu’ils soient encore à Téhéran, partis en Europe ou aux Etats-Unis, ils se souviennent et portent les séquelles de cette sombre histoire qui est la leur. Alors comment se construire ? Chacun le fait à sa manière en cherchant des réponses parfois bien enfouies. 

Ce roman, qui est aussi autobiographique et biographique est bouleversant. Combien d’hommes et de femmes ont vécus des histoires semblables ? S’en est terrifiant ! J’avoue j’ai parfois été perdu, parmi les faits historiques, les nombreux personnages, les liens parentaux… Mais ce mélange d’informations est aussi ce qui fait le charme de ce roman choral. Chacun raconte l’Histoire qui a pris le pas sur son histoire. Chacun dévoile une partie d’une fresque géante qui les dépasse. Tous les personnages ont vécu les mêmes événements de façon différentes, ils essaient de les expliquer chacun à sa manière, empli de colère, de doute, d’incompréhension, de tristesse, chacun y a laissé une partie de lui-même. Ce roman est aussi très bien écrit, l’auteur ne ménage pas son lecteur et c’est tant mieux ! On se prend des claques, on est baladé entre les larmes et parfois quelques sourires. La résistance des personnages est belle, ils s’obstinent à vivre alors qu’on se demande si c’est encore possible dans ce chaos. Ce roman m’a bouleversé par sa réalité, j’en savais tellement peut sur ce pays et cette période, j’ai aimé apprendre en même temps que ces enfants, que ces ados et jeunes adultes qui grandissent comme ils peuvent.

Albin Michel, avril 2014, 19,50€.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s