Roman

Gringoland de Julien Blanc-Gras

Valentin vit seul à paris, enfin seul… il vit avec Charlotte (sa chienne) et sa télé. Il passe ses journées et ses nuits àgringoland_couv vivre par procuration grâce à cet écran qui ne s’éteint jamais. Mais Charlotte meurt, est-ce un déclic? Surement! Il jette sa télé du premier étage de la Tour Eiffel, vend son canapé et s’achète un billet d’avion, destination : l’AMERIQUE. Il découvre le Mexique, Cuba, les Etats-Unis… Un seul objectif, découvrir la vraie vie de ces habitants, pas celle qu’on trie avant de nous les montrer dans notre petit écran.
Cet auteur sait nous faire partager ses voyages, même si ses livres sont censés être des romans, il en met forcément des bouts de lui-même.
Le personnage part parfois dans des délires incompréhensibles, ce qui rend ce texte très drôle! Il nous livre ses pensées comme à un vieux pote, sans avoir peur des mots ou de choquer.

« J’ai vendu mon sofa et j’ai acheté un billet d’avion »

« Tout bien considéré, il n’y a que deux sortes d’hommes dans ce monde : ceux qui restent chez eux et les autres. » Rudyard Kipling

Au diable Vauvert, 18€
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s